Le Faux Rhum de Methos


 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 HL - Sara [En cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sara
Buveur de bière
Buveur de bière
avatar

Messages : 30

MessageSujet: HL - Sara [En cours]   Ven 9 Juil - 1:14

Titre : Sara
Auteur : Moi
Fandom : Highlander
Rating : T
Disclaimer : Les personnages connus ne m’appartiennent pas, les autres sont de ma création.
Résumé: La vie d’une flic pas comme les autres
Notes éventuelles : C’est ma première fic sur le sujet que j’ose présenter sur le net. J’ai commencé à l’écrire récemment et pour le moment je poste un peu comme ça arrive dans ma tête. J’espère au moins que ça aura un sens et ne m’en veuillez pas si c’est pas super top.


Chapitre 1.

    La fusillade avait finalement éclatée vers dix heures. Bien que les hommes chargés de la sécurité du Centre Commercial avaient tenté de dissuader les clients de sortir dehors afin de rester à l‘abri, il y avait tout de même eu des récalcitrants qui n’en avaient fait qu’à leur tête. La première victime était une jeune femme brune, la trentaine bien tassée. Une balle dans la nuque et c’était terminé. Rien qu’à voir le résultat de leur entêtement les gens auraient du faire demi tour et bien non…il y en avait toujours pour croire qu’ils pourraient éviter les balles même si celles-ci venaient d’un fusil de précision. C’est vrai que l’arme était entre les mains d’un adolescent tout juste majeur mais il était clair qu’il avait de l’entrainement ou alors c’était de gros coups de chances. Une victime s’effondra au sol en plus des autres. Derrière une voiture, il y avait Sara et une autre flic qui répondait au prénom de Billie. Toutes deux appartenaient à la section criminelle et depuis qu’elle travaillait ensemble, aucune affaire ne leur avait échappé pour finir dans le tiroirs des dossiers non résolus. La première qui était accroupie et adossée au véhicule pour se protéger se tourna dans un mouvement souple pour pouvoir observer la scène et voir où se trouvait l’homme à abattre. Par terre, il y avait déjà quatre morts mais malgré cela il y avait toujours du monde et ces derniers essayaient de se mettre à l’abri tant bien que mal. Sur le toit du bâtiment, le tireur canardait à vue. Peu importe qu’il s’agisse d’une vieille dame ou d’un groupe de lycéens, il tirait dans le tas en espérant à chaque fois faire mouche ce qui était plus ou moins le cas. Il portait des vêtements noirs, tous issus d’un équipement spécial qu’on ne trouvait pas dans toutes les bonne boutiques de vêtements du quartier. Il avait du les commander sur le net dans des surplus et avait même pensé au gilet pare balles.

    - T’as un plan ? Demanda alors sa collègue qui rechargeait son arme.

    - Pas dans l’immédiat.

    - On attend les renforts alors ?

    - C’est ça et en pendant ce temps on le regarde faire les doigts de pieds en éventail ?

    L’un des problèmes de Johnson se trouvait là. Elle avait beau avoir de nombreuses années d’expérience dans la police, elle n’était pas vraiment du genre à suivre les procédures à la lettre. On lui avait souvent reproché son attitude mais jamais personne ne mentionnait le nombre de vie que ça sauvait en conséquence. Non loin un bus scolaire s’arrêta. A l’intérieur, une trentaine de gosses en bas âge et une institutrice qui semblait trop occupée à maintenir l’ordre pour voir ce qu’il se passait dehors, la poisse. En voyant alors le véhicule public, les deux jeunes femmes se mirent à prier pour que personne ne descende et qu’au moins un adulte se rendent compte de l’enfer que c’était ici mais évidemment ce ne fut pas le cas. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, les portes s’ouvrirent et une flopée de bambins sortirent en courant, trop impatients d’aller faire une escapade dans le magasin de jouets qui se trouvait à l’intérieur du Centre Commercial. La petite fille qui se trouvait en tête fut la première touchée. Ce mec là-haut n’avait aucune conscience et n’allait sûrement pas s’arrêter de sitôt face à des cibles si faciles. Sara ne pu s’empêcher de foncer malgré le danger. Rester là les bras croisés n’était pas tolérable. Arme à la main, elle couru en direction des gosses pour les mettre à l’abri et éviter un carnage monstre. Il fallu une minute à Billie pour s’apercevoir que sa collègue était maintenant à découvert et malgré le fait qu’elle hurla son prénom l’autre ne s’arrêta pas pour autant. Elle n’avait pas d’autre choix que de la couvrir en se mettant aussi sec à ouvrir le feu sur le tireur qui continuait inlassablement son petit macabre.

    - Retournez au bus ! S’écria la brune en faisant signe aux enfants.

    C’était comme si elle n’avait rien dit. Les petits étaient trop agités et n’en faisaient qu’à leur tête ne comprenant même pas ce qu’il se passait autour d’eux. L’inspectrice, en attrapa plusieurs qui sortaient à peine du bus et les confia à leur professeur qui restait plantée là comme une cruche, comprenant trop tard que le danger était à l’extérieur. Une balle toucha la policière à la jambe ce qui la fit légèrement plier le temps de quelques secondes mais à aucun moment elle ne songea à renoncer. Trop de vies innocentes étaient en jeu et elle ne pouvait pas attendre le SWAT et tout le reste de la cavalerie. Elle expliqua à la jeune femme qui lui faisait face que ceux qui se trouvaient dans le véhicule devait se coucher au sol et attendre qu’on leur fasse signe ce à quoi l’autre répondit d’un simple mouvement de tête, déjà en état de choc alors que rien n’était fini. Ceci fait, elle se lança alors à la poursuite de ces petits monstres qui n’écoutaient rien et qui rigolaient comme des fous. Une seconde balle la toucha, à l’épaule. Les attrapant un à un, elle les cacha du mieux qu’elle pu leur expliquant qu’il s’agissait d’une partie géante de cache-cache et que personne ne devait sortir de sa planque pour ne pas perdre. Son cœur battait à vive allure et son cerveau lui envoyait un tas d’informations dont elle ne savait plus quoi faire tellement il y en avait trop en même temps. Elle avait sauvé quatorze gamins et avait déjà prit sept balles. Elle avait mal partout et en même temps elle ne se sentait pas si épuisée que ça ni quoi que ce soit d’autre, probablement à cause de l’adrénaline qui lui brûlait le veine à défaut du sang qu’elle perdait toujours un peu plus. Assise dans un coin, elle essayait de reprendre son souffle tout en envisageant déjà une nouvelle sortie à découvert car elle savait qu’il y avait encore au moins deux ou trois mioches qu’elle n’avait pas planqué. Elle jeta un coup d’œil mais ne vit rien de particulier. Il n’y avait plus de mouvement de la part des piétons. Non loin on pouvait entendre les sirènes des véhicules police qui arriveraient dans quelques secondes tout au plus. S’il n’y avait plus d’agitation c’était signe qu’il n’y avait plus personne dans le champ de tir de ce fou, elle pouvait donc attendre qu’on vienne la chercher…Elle ferma les yeux un quart de seconde. Et dire qu’elle avait prévu une journée plutôt tranquille…au lieu de ça, elle était probablement en train de mourir à petit feu…Une douleur se fit sentir plus violemment que les autres, elle serra les dents pour contenir cette dernière.

    - Amberleigh ! Hurla brutalement une voix de jeune femme effrayée quelque part derrière elle.

    La brune rouvrit les yeux et difficilement, elle tourna la tête pour voir ce qui se passait. Une petite fille qui avait du quitter les bras de sa mère avant la sortie du Centre Commercial courrait sur l’immense place pour aller on ne sait trop où. Si à un moment où un autre, Sara avait eu un trou de mémoire sur le pourquoi elle n’aimait pas les enfants, maintenant elle se souvenait parfaitement. Elle prit une profonde inspiration et rassemblant toutes les forces qu’elle avait encore à disposition, elle fonça vers l’imprudente. La dernière balle lui traversa la gorge et la fit s’écrouler au sol, la jolie poupée dans sa petite robe serrée contre elle mais au moins à l’abri. C’était certain ce soir, elle n’irait pas boire une bière chez Joe avec ses amis.
Revenir en haut Aller en bas
Cixi
Impératrice
Impératrice
avatar

Messages : 2905

MessageSujet: Re: HL - Sara [En cours]   Ven 9 Juil - 17:14

Merci Sara,
Je le lirais un peu plus tard et te mettrais une critique
Revenir en haut Aller en bas
Pitchoune
garde rapprochée de Methos
garde rapprochée de Methos
avatar

Messages : 2062

MessageSujet: Re: HL - Sara [En cours]   Ven 9 Juil - 19:58

Alors soit Sara est une immi , soit elle va le devenir. Un bon point cependant, elle connaît Joe !
Sinon, pas grand chose à dire pour l'instant, j'attends de lire la suite pour me faire une idée ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://tessa1256.skyrock.com/
Atalante
garde rapprochée de Methos
garde rapprochée de Methos
avatar

Messages : 2761

MessageSujet: Re: HL - Sara [En cours]   Ven 9 Juil - 21:27

J'ai une mauvaise habitude, je ne lis que les fics finies... Trop souvent resté plantée avec une histoire qui n'aura jamais de fin.
Mais qui sait, je me laisserai peut-être tentée, mais sans doute pas avant la rentrée. J'espère que tu auras bien avancée d'ici là.
Alors bonne continuation Sara et surtout fais-toi plaisir !

_______________________________________________________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Cixi
Impératrice
Impératrice
avatar

Messages : 2905

MessageSujet: Re: HL - Sara [En cours]   Ven 9 Juil - 21:43

J'aime bien ce début de fic.
Il est est fluide et les détails, nombreux, sont bien pensés.
j'aime bien la façon dont l'action monte et redescend.
J'attends la suite. Pour ma part, j'aime bien lire petit bou par petit bout

MERCI Sara

Atalante a écrit:
J'ai une mauvaise habitude, je ne lis que les fics finies...
Ca doit être difficile pour toi d'être ma bêta... MDR
Revenir en haut Aller en bas
Mr PyF
Saint Michel
Saint Michel
avatar

Messages : 757

MessageSujet: Re: HL - Sara [En cours]   Dim 11 Juil - 10:19

C'est pas mal du tout comme début. l'action se lance sans perdre de temps. la suite !!!
Revenir en haut Aller en bas
Sara
Buveur de bière
Buveur de bière
avatar

Messages : 30

MessageSujet: Re: HL - Sara [En cours]   Mer 21 Juil - 3:50

Chapitre 2.

    (Flashback)

    Six mois s’étaient écoulés depuis le jour où ils l’avaient rencontrée pour la première fois. C’était un mardi et dehors il pleuvait des cordes. Comme d’habitude, nos trois amis s’étaient retrouvés au bar et comme d’habitude, ils s’étaient mis à discuter de choses et d’autres sans pour autant trop s’éloigner du sujet récurrent qu’était l’immortalité des deux plus vieux hommes en présence. La conversation allait bon train et comme toujours le vieux guetteur veillait régulièrement à ce que ses compères ne manque de rien. Ce soir là et comme pas mal de soirs en semaine à vrai dire, il n’y avait qu’eux dans le petit établissement. Pas de jeunes, pas de couples, pas de célibataires refoulés venus noyer leur chagrin dans l’alcool, juste eux trois et personne d’autre ce qui d’un côté n’était pas plus mal car au moins ils pouvaient parler librement de leur condition sans avoir à se soucier de qui entendrait ou non leur petit secret. Dans un puissant courant d’air, la porte de l’établissement s’ouvrit tandis que l’électricité montra durant un quart de seconde à peine des signes de faiblesse avant de revenir à la normale. Deux silhouettes assez fines firent alors leur apparition sous les regards attentifs des trois autres.

    - Une voiture neuve hein ? Râla l’une d’entre elle.

    - Mais oui puisque je te le dis ! Répondit l’autre.

    Au son des voix, il s’agissait de deux jeunes femmes. Celle qui se trouvait la plus proche entra la première suivit de sa camarade. Elles étaient trempées de la tête aux pieds et tandis que l’une semblait être frigorifiée, l’autre ne semblait pas être dérangée par le fait qu’elle dégoulinait littéralement sur le plancher du bar dans lequel elles venaient de rentrer.

    - Je l’ai achetée la semaine dernière. Le concessionnaire m’a assurée qu’elle était neuve et vu le prix que j’y ai mis je suis certaine de ce que je dis. C’était une série limitée…

    - Ouais je vois. Limitée au point que t’as pas la clim, pas le chauffage, pas de poste radio, les fenêtres s’ouvrent comme à la vieille époque, t’as pas de fermeture centralisée et comble du luxe, t’as même pas de roue de secours…Dis moi, le mec qui t’a vendu ça, il se serait pas foutu de ta tronche par hasard ? Non parce que même une bagnole Yougoslave à plus d’options que ta caisse à savon.

    La plus petite des deux, aux cheveux mi-longs noirs comme le jais lui fit une rapide grimace entre deux claquements de dents.

    - On peut vous aider ? Demanda Joe en faisant quelques pas dans leur direction.

    D’un mouvement simple de la main l’autre repoussa sa tignasse en arrière et observa un instant les trois hommes. Elles étaient entrée dans le premier bar sans même se soucier de savoir qui le fréquentait.

    - On a crevé un pneu. Expliqua la première en affichant un beau sourire comme à chaque fois qu’il y avait un mâle dans son champ de vision immédiat.

    - On a appelé une dépanneuse, elle devrait plus tarder. En attendant, je prendrais une bière, s’il vous plait. Lança la deuxième en allant s’asseoir à un tabouret de distance de Methos qui avait un peu de mal à décoller son regard d’elle.

    - Si vous voulez j’ai quelques serviettes pour vous essuyer. Proposa le barman en allant dans un coin d’où il dégotta deux draps de bain qu’il posa sur le comptoir.

    - Merci…Bégaya la plus jeune en se servant la première.

    Elle avait à présent tellement froid que plus ça allait moins elle parvenait à faire quelque chose de concret avec ses dix doigts. La voyant alors peiner, MacLeod en bon gentleman se leva d’un petit bond de son siège et vint lui prêter main forte. A peine leurs regards se croisèrent que l’étincelle se produisit.

    - Duncan…Souffla-t-il pour se présenter alors qu’elle n’avait pas posé la moindre question à ce sujet.

    - Wilhelmina…mais mes amis m’appellent Billie…Répondit son interlocutrice qui semblait avoir subitement changé de galaxie tellement sa voix était faible et douce.

    L’autre immortel fonça le sourcil en voyant la scène. Y avait vraiment que cet écossais pour tomber fou amoureux de la première venue sans même en savoir plus que son prénom. Il reporta son attention sur sa voisine qui sirotait doucement la bière qu’elle avait commandé. Si l’autre était à la limite de l’hypothermie, elle, elle ne semblait pas souffrir de ses gouttes d’eau qui roulaient doucement sur sa peau pour parfois s’insinuer sous ses vêtements vers des endroits plus délicats…Il frissonna légèrement à cette pensée et avala la dernière gorgée de son propre verre pour stopper immédiatement toute idée mal placée. Elle n’était ni une bombe, ni un laideron. Elle faisait simplement partie du juste milieu qui avait tout ce qu’il fallait où il fallait sans pour autant tenter d’en user ostensiblement. Les minutes s’écoulèrent les unes après les autres, ils discutèrent tous ensemble de tout et de rien et lorsqu’elles repartirent d’où elles venaient, le plus ancien des immortels regarda son ami.

    - Tu l’as senti ?

    - Oui. Répondit l’autre simplement.

    - Une immortelle ? Questionna Joe toujours intéressé par le sujet.

    - Pas encore…Souffla Methos en fixant la porte du bar qui s’était refermée quelques minutes plus tôt sur les deux jeunes policières.


Dernière édition par Sara le Mer 21 Juil - 20:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sara
Buveur de bière
Buveur de bière
avatar

Messages : 30

MessageSujet: Re: HL - Sara [En cours]   Mer 21 Juil - 3:52

Chapitre 3.

    La vie était injuste, il en savait quelque chose. La vie lui avait volé Alexa et maintenant elle était en train de lui prendre Sara. C’est vrai que le lien n’était pas le même mais ça n’avait pas vraiment d’importance en cet instant. Planté là derrière la porte de la salle de traumatologie dans laquelle les urgentistes l’avaient transportée, il observait avec attention ce qui se passait à travers la petite vitre. Ca bougeait dans tous les sens, ca faisait du mieux que ça pouvait mais il n’y avait pas besoin d’avoir fait des années d’études pour voir que ça ne suffisait pas. Comment pouvait-on perdre autant de sang ? C’est vrai, il ne s’était jamais vraiment posé la question. Les gens qu’il tuait pour sa survie n’en perdaient pas autant…Était-ce parce qu’ils étaient des immortels ? Il fouilla au plus profond de ses souvenirs pour remonter à cette époque sombre où il n’avait pas éliminé que des personnes comme lui, où il avait fait des massacres de villages entiers. Il cherchait, cherchait et cherchait, impossible de se souvenir de cette chose qu’il avait toujours considérée comme un simple détail. Ses yeux noisettes se reportèrent sur le petit moniteur qui se trouvait non loin de toute la foule de médecins et d’infirmières qui s’agitaient de toutes parts en brandissant un tas d’instruments plus barbares les uns que les autres. La ligne qui le parcourait était toujours aussi plate. Depuis combien de temps l’était-elle et combien de temps encore allait-elle le rester ? Les minutes passaient à la fois si lentement et si vite. D’un côté il priait pour qu’il y ait enfin quelque chose même un tout petit signe et de l’autre il espérait que ça finisse enfin, elle ne méritait pas de souffrir autant. Elle n’avait pas peur, il le savait. Elle lui avait dit un jour lors d’une de leur nombreuses discussions. Il en était resté muet. Très peu de personnes acceptaient le fait qu’un jour ils allaient finir par mourir avec autant de facilité. Il en eut le tournis et réprima un haut-le-cœur. Il ne voulait pas la perdre. C’est vrai qu’elle n’était pas ultra sociable avec lui, qu’elle l’envoyait régulièrement balader mais ça faisait partie intégrante de son caractère qu’il avait appris à apprécier au point d’y trouver du charme. Sa main gauche pendit dans le vide, des gouttes de sang d’un carmin presque incroyable roulèrent le long de ses doigts pour terminer leur course folle sur le carrelage. Il faillit défaillir. Il crevait d’envie de rentrer dans cette pièce si lugubre et prendre cette main dans la sienne au lieu de ça, il devait attendre. Attendre que les médecins parviennent enfin à un résultat ou qu’ils se décident à tout arrêter, jugeant qu’il n’y avait plus rien à faire.

    - Vous connaissez la jeune policière qui était sur les lieux de la fusillade ? Demanda une voix de femme derrière lui.

    Bien que depuis qu’il était arrivé il ne l’avait pas fait, il prit le risque de se retourner et porta son attention sur cette dame d’une trentaine d’années passées qui avaient les yeux rouges d’avoir pleuré. Egalement présents, Joe, Duncan et Billie levèrent la tête dans sa direction.

    - Oui… Souffla l’autre policière dont les larmes ne cessaient de couler sur ses joues.

    - Elle a sauvé ma petite fille…sans elle ma petite Amberleigh ne serait plus…

    Elle étouffa un sanglot. Elle pleurait à la fois de joie et de tristesse. Sa fille était encore vivante grâce à cette femme qui avait choisi de risquer sa propre existence pour la sauver. Elle ne l’aurait pas fait, il était certain que ce fou l’aurait tuée sans le moindre scrupule.

    - Merci…Souffla-t-elle avant de repartir aussi vite qu’elle était arrivée.

    La belle affaire. Son remerciement n’allait pas servir à grand-chose. Si seulement il pouvait…son regard se porta sur la salle voisine. A cet instant, il n’était plus rempli de compassion et de tristesse, mais bien de haine et de colère. A moitié allongé sur une de ces tables, il y avait ce type qu’on s’efforçait également de soigner. Il n’avait pas grand-chose. Une ou deux fractures et une ou deux blessures par balle mais pas de quoi mettre sa vie en danger. Les types du SWAT avaient été tendres avec lui alors que de son côté, il n’avait été tendre avec personne, que ça soit personne âgée, jeunes, enfants ou même policiers. Quelques uns des collègues des deux jeunes femmes avaient été touchés mais là non plus, rien de grave. Elle était la seule à avoir prit huit balles. Choc au défibrillateur. Comment avait-elle fait ? D’où avait-elle tiré la force nécessaire pour ne pas s’écrouler avant ? C’est vrai que la vie de nombreuses autres personnes avaient été en jeu et pour une policière comme elle c’était quelque chose de suffisant pour ne pas s’arrêter en si bon chemin mais quand même…ça n’était pas rien. A sa place, il ne sait pas ce qu’il aurait fait exactement dans une situation comme celle qu’elle venait de vivre mais il était certain qu’il serait tombé à terre bien avant le quatrième projectile. Il reprit sa place d’avant. Nouveau choc au défibrillateur. Son cœur qui battait terriblement vite se serra un peu plus. Il aurait aimé la prendre dans ses bras ne serait-ce qu’une fois. Sentir sa peau chaude contre la sienne, sentir son cœur battre à n’importe quel rythme, s’enivrer de son parfum de femme, capturer dans un tendre baiser ses lèvres qui avaient l’air si douces. D’accord, elle ne l’aurait jamais laissé faire, lui aurait probablement cassé la figure face à la moindre tentative mais c’était toujours mieux que rien…Rien, c’est à présent ce qu’il se passait dans la salle de traumatologie numéro deux. Les infirmières avaient cessés les injections en tout genre, les médecins avaient stoppé toute manœuvre de sauvetage, plus personne ne bougeait et dans ce silence qui s’était installé on pouvait maintenant entendre ce long bip plaintif qui indiquait que c’était fini, qu’il n’y avait plus rien à faire, qu’il n’y avait plus la moindre activité cardiaque, à supposer qu’il y en avait eut la moindre trace depuis qu’on avait transporté la jeune femme jusque ici. Alors, pour la première fois il pu la voir, voir son visage qui semblait si paisible, son corps presque nu qui était totalement inerte, tout ce sang et ses instruments qui rendaient le tableau si horrible. Il ravala les larmes qui voulaient s’échapper de ses yeux et prit une profonde inspiration pour tenter de contrôler ce violent tremblement qui l’avait envahit. La vie n’était vraiment pas juste. Il se décala légèrement sur le côté voulant chasser cette image de son esprit. S’il devait se souvenir de Sara à présent, il ne voulait pas que ça soit dans cet état là. Il voulait garder dans sa tête, l’image de cette belle femme qui souriait rarement mais qui lorsqu’elle le faisait illuminait toute la pièce de sa joie de vivre. Le médecin en chef sortit de la pièce. A cet instant, ses trois amis qui étaient assis sur des sièges plus ou moins confortables se levèrent avec dans le regard encore une lueur d’espoir. Ils ne l’auraient pas eu s’ils avaient été aussi près que lui l’avait été durant tout ce temps.

    - Je suis navré…Souffla l’homme en inclinant légèrement la tête vers la bas. Les blessures qu’avait votre amie étaient vraiment graves et malgré tout nos efforts pour essayer de la stabiliser et stopper l’écoulement du sang, nous ne sommes pas parvenu à la sauver….je suis vraiment désolé.

    Sa phrase à peine terminée, Billie poussa un cri avant de s’effondrer en larmes dans les bras de Duncan qui tentait de la garder près de lui et si possible loin du sol. Joe soupira et secoua doucement la tête, la nouvelle était rude à digérer. Il se laissa lourdement tomber sur son siège et se passa un main dans les cheveux.

    - Il faut faire quelque chose ! Hurla la policière qui ne voulait pas croire à cette fin annoncée.

    Elle tenta alors de rejoindre son amie mais l’écossais ne lui en laissa pas l’occasion, la retenant de toutes ses forces.

    - Il n’y a vraiment rien que nous puissions faire…son cœur a cessé de battre depuis vingt et une minutes…

    Le moniteur qui émettait un long bip aigu que personne n’avait encore coupé par respect pour les proches qui pouvaient maintenant l’entendre sans détour émit brutalement un autre bip, plus court et plus sec cette fois-ci suivit d’un autre et quelques secondes après d’encore un autre.

    - Docteur… Appela une infirmière totalement surprise de ce qui se produisait sous ses yeux.

    L’homme qui n’en revenait pas non plus fit demi tour et alla examiner le corps de la policière. La porte de la salle se referma aussitôt et l’agitation reprit de nouveau sous les yeux incrédules des quatre amis qui étaient restés muets devant cet étrange phénomène.
Revenir en haut Aller en bas
Pitchoune
garde rapprochée de Methos
garde rapprochée de Methos
avatar

Messages : 2062

MessageSujet: Re: HL - Sara [En cours]   Mer 21 Juil - 18:57

Juste une remarque à part, sur l’ordre de tes chapitres parce qu’ils ne se suivent pas immédiatement. Le n°2 il s’inscrit bien avant le n°1 suivit du n° 3 ? Parce que si c’est le ca, ça serait bien de mettre que c’est un flash back ou de mettre des dates pour donner un ordre d’idée.

Chapitre 2.
Citation :
- Je l’ai achetée la semaine dernière. Le concessionnaire m’a assurée qu’elle était neuve et vu le prix que j’y ai mis je suis certaine de ce que je dis. C’était une série limitée…
- Ouais je vois. Limitée au point que t’as pas la clim, pas le chauffage, pas de poste radio, les fenêtres s’ouvrent comme à la vieille époque, t’as pas de fermeture centralisée et comble du luxe, t’as même pas de roue de secours…
Roooh ^^ Trop fort !!!

Citation :
bagnole Yougoslave (…) ni un laideron.
Quelles expressions !

Citation :
- Tu l’as senti ?
- Oui. Répondit l’autre simplement.
- Une immortelle ? Questionna Joe toujours intéressé par le sujet.
- Pas encore…Souffla Methos en fixant la porte du bar qui s’était refermée quelques minutes plus tôt sur les deux jeunes policières.
Voilà comment répondre à mes question ? Donc une pré immi ^^

Chapitre 3.
Rapide résurrection pour le coup… Alors juste une question Sarah est une pré immi et Mac tout autant que Methos l’on ressentit. Alors pourquoi croit-il la perdre, il devrait savoir qu’elle va revenir à la vie, nan ?
Revenir en haut Aller en bas
http://tessa1256.skyrock.com/
Mr PyF
Saint Michel
Saint Michel
avatar

Messages : 757

MessageSujet: Re: HL - Sara [En cours]   Sam 31 Juil - 15:34

Même remarque, j'ai pas bien compris pourquoi ils sont étonnés.

A moins que ce ne soit l'autre qui soit pré immie ?
Revenir en haut Aller en bas
Cixi
Impératrice
Impératrice
avatar

Messages : 2905

MessageSujet: Re: HL - Sara [En cours]   Ven 6 Aoû - 19:14

J'avoue que je n'ai pas saisi non plus ce détail.

mais je préfère mettre l'accent sur tes tournures de phrases et les détails que tu nous donnes de façon si fluide et sans lourdeur que te lire est un véritable plaisir.

NB : c'est qui ta bêta ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: HL - Sara [En cours]   

Revenir en haut Aller en bas
 
HL - Sara [En cours]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» En cours: Hotchkiss H35 - RPM 1 / 72.
» Cours sur l'imparfait de l'indicatif
» cours technique femme et milonga art plus tango
» Cours de Broderie d'Art à Marly le Roi (78)
» Formation Professionnelle en cours du soir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Faux Rhum de Methos :: Ré-créations :: Fanfictions HL et autres :: Fanfictions HL-
Sauter vers: