Le Faux Rhum de Methos


 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 HL / Docteur Who

Aller en bas 
AuteurMessage
Pitchoune
garde rapprochée de Methos
garde rapprochée de Methos
avatar

Messages : 2062

MessageSujet: HL / Docteur Who   Lun 22 Fév - 19:14

Ah ben j'allais ouvrir un topic reparlant des anciens défis avec nos textes, mais du coup ça colle plus si tu as mis les tiens ici !
Revenir en haut Aller en bas
http://tessa1256.skyrock.com/
Cixi
Impératrice
Impératrice
avatar

Messages : 2905

MessageSujet: HL / Docteur Who   Lun 22 Fév - 19:22

Cette fois il s'agit de recueils de crossovers ne devant pas dépasser 4000 mots,
avec comme seule contrainte la présence de Methos.

Un avec HL/Doctor Who, un avec HL/ Alerte à Malibu, et un avec HL/The Sentinelle

Je peux les déplacer... c'est pas un souci
Au début, je les avaient mis dans défi et je les trouve mieux ici


Dernière édition par Cixi le Dim 11 Avr - 14:01, édité 2 fois (Raison : ajout du sujet)
Revenir en haut Aller en bas
Cixi
Impératrice
Impératrice
avatar

Messages : 2905

MessageSujet: HL / Docteur Who   Mar 23 Fév - 14:41

« 2 mondes s'entrechoquent »

Par Cixi
Concours Methos Légende - Septembre 2009


Cirey sur blaise, la demeure de voltaire est en proie à une activité des plus étrange.
Le soleil brille par ce jour de juillet 1745. Aucun ouragan, aucune tempête, aucun orage, aucune averse, rien n’est prévu par la grenouille pour nous faire douter. Pas la moindre petite pluie n’est prédite pour cette merveilleuse journée qui commence.

Pourtant, nous avons entendu le bruit d’un tonnerre assez proche. Peut être même venait il de la clairière qui se trouve à l’ouest du château.

Le docteur : Suis moi si tu veux vivre

Il prend la main de l’inconnu et l’entraîne au loin.
Methos : J’ai pas peur de mourir, mais c’est vrai que c’est douloureux
Le docteur : Cours, perds pas de temps en bavardage inutile.
Rose : Attention, ça va péter.

Et ils sautent à terre pour éviter la déflagration du manoir de Voltaire.

Le docteur : C’est dommage, elle était bien construite cette demeure. Elle aurait été témoin d’une époque où la force de l’écriture pouvait changer les choses. (Soupire) Il reste celle de Diderot.
Rose : On l’a eu ?
Methos : Pourriez vous me dire ce qui ce passe ? Et qui êtes vous ? C’est qui cette blonde ?
Le docteur : Moi c’est le docteur et elle c’est Rose.

Et Rose expliqua que le docteur n’est en réalité qu’un homme jaloux parmi les autres. Qui aurait pu le croire, le docteur a toujours été amoureux de Rose.

Le docteur : Oui, Il a embrassé Rose alors je le provoque en duel. C’est comment ça que ça se passe à l’époque des liaisons dangereuses.
Rose : On essaie de tuer cet homme. (Montrant un homme sortant des décombres)
Methos : Avec une explosion de maison ? C’est vrai que ça fait mal mais ça ne risque pas de le tuer. Je m’en occupe, restez là.

Il sort son épée, la porte devant le visage avec un sourire de contentement, avance vers cet homme, il a l’air tellement heureux de pouvoir rendre service à cette charmante Rose. Et commence un combat.

Methos : Alors Duncan, parait qu’il faut te tuer ?
Duncan : Quoi ? qui t’a dis ça ? les 2 fous qui te suivent ?
Methos : Oui, et je leur ais dit que j’allais les aider. Alors le plan est simple, 1) je te plante l’épée dans le ventre, 2) tu meurs, 3) je pars avec la blonde et 4) tu te relève et tu rentre.
Duncan : Je dois mourir pour que tu te fasses une blonde. … tu te sens bien ?
Methos : Sinon, même plan mais je coupe ta tête au lieu de te la mettre dans le bide.
Duncan : OK, plan A. Du moment que je m’en débarrasse. Au fait, évite de me couper la tête quand je serais mort.

Et c’est ainsi que Methos tue Duncan.

Methos : Voilà, c’est fait. La haute trahison qu’il a commise est punie. Vous pouvez rentrer chez vous. Je raconterais à tous comment vous avez vaincu ce Casanova.
Le docteur : Nous allons attendre un peu, il risque de se réveiller. Ce n’est pas la première fois que son cœur s’arrête de battre.
Methos : je comprends mieux le coup de tonnerre de ce matin. En fait c’était vous qui avez tenté de le tuer
Le docteur : En effet, je l’ai provoqué et nous nous sommes retrouvé à l’aube. Mais je ne comprenais pas pourquoi il refusait de reculer de quelques pas pour éviter les balles. Je partirais mais pas avant de savoir comment il revient à la vie.
Methos : Il est juste immortel. C’est tout.
Le docteur : C’est tout ? Il est juste immortel ? Dites m’en plus.
Methos : Nous sommes quelques uns sur la planète à ne pouvoir que d’une seule manière, cet homme en fait parti. Il s’appelle Ducan Mc Leod et il a prés de 150 ans.
Rose : et quelle est cette façon de les tuer ?
Methos : Allons, vous n’allez pas vous y mettre aussi. Après tout ce n’est qu’un coureur de jupon. Je pense qu’il a compris la leçon et ne s’approchera plus de vous. Et puis, si je vous le dit, je pourrais aussi en faire les frais.
Le docteur : En attendant, l’honneur de Rose reste ternit.
Methos : Mon ami et moi allons quitter la région. Vous n’aurez qu’à dire que je suis parti pour enterrer le corps dans son pays natal.
Rose : Merci de votre aide Methos. Je ne sais comment vous remercier. Nous aurions pu mettre la région à sac sans pouvoir le tuer.
Methos : J’ai bien une idée, mais elle est un peu trop risquée….


Dernière édition par Cixi le Dim 11 Avr - 13:52, édité 3 fois (Raison : ajout du sujet)
Revenir en haut Aller en bas
Pitchoune
garde rapprochée de Methos
garde rapprochée de Methos
avatar

Messages : 2062

MessageSujet: HL / Docteur Who   Sam 27 Fév - 12:43

« Infinie connaissance… ou presque ! »

Par Pitchoune
Concours Methos Légende - Septembre 2009


Disclaimer :
L'univers et les personnages d' « Highlander » ne m’appartiennent pas, je n’en tire aucun bénéfice. Ils sont la propriété exclusive de MM Widen, Ryscher, Panzer et Davis.
L'univers et les personnages de « Docteur Who » ne m’appartiennent pas, je n’en tire aucun bénéfice. Ils sont la propriété exclusive de la BBC, et de MM Russel T Davies et Steven Moffat.


Il venait de sauver le monde et une fois de plus, il se retrouvait seul. Inexorablement seul à déambuler les rues de cette planète qu’il affectionnait tant. Il était perdu dans ses pensées, prêt à retrouver la direction de la cabine téléphonique quand des éclairs éclatèrent sans l’ombre d’un nuage. Il respira à pleins poumons, mais ça n’avait rien d’une perturbation atmosphérique. Il se passait quelque chose d’inhabituel… d’inhumain. Cette pensée le sortit de sa morosité. Il allait avoir de l’action et il pourrait courir. Il adorait courir, et il ne fut pas déçu !

Au détour de cette ruelle, il vit un homme à terre, foudroyé par les lesdits éclairs. Il n’était pas mort bien que le climat s’acharnait sur lui. Il essayait de fuir un corps sans tête, mais surtout un autre mort qui revenait à la vie et se dirigeait vers lui en faisant tournoyer son épée au-dessus de sa tête. Il s’interposa. C’était la seule chose sensée à faire pour découvrir cette race d’alien sur Terre.

- « Sortez de là. Je ne veux que la tête de Methos. »
- « Je ne suis pas armé. Et vous êtes ? » Le docteur.
- « Mort si vous ne vous poussez pas de là ! »
- « Ah oui, j’avais remarqué ! Dites donc, c’est une sacrée entaille que vous avez là. Je suis Le Docteur, je peux vous examiner. » Le docteur en sortant son stéthoscope.

L’homme en question ne daigna pas répondre mais se jeta sur lui pour le trancher en morceau. Devant si peu de collaboration, le Docteur n’eut d’autre choix que de fuir en courant, rattrapant Methos au passage. Ils passèrent la ruelle, mais le TARDIS était encore bien trop loin à atteindre. Il s’empara de son tournevis sonique et le pointa sur un échafaudage à côté d’eux. Celui-ci s’écrasa sur le sol barrant le passage. Il traîna alors Methos jusqu’à la cabine, en continuant à lui parler pour le garder éveillé. Il claqua des doigts et la porte s’ouvrit, les laissant se glisser à l’intérieur. Puis il fila au poste de commande pour faire naviguer son vaisseau. Il retourna ensuite auprès de l’inconnu pour constater qu’il était trop tard. Il venait encore de perdre quelqu’un et se retrouvait encore plus seul qu’il ne l’avait jamais été, seul avec ses remords. Il regardait ce corps sans vraiment le voir.

Pourtant ses paupières s’ouvrirent brusquement et il fut secoué d’un violent spasme à l’issu duquel l’homme reprit sa respiration et se relava tant bien que mal, observant la pièce où il se trouvait.

- « Vous êtes mort ! » S’exclama le docteur.
- « C’est plus grand à l’intérieur. » Lui répondit Methos.
- « On vous le dit souvent à vous aussi ? » En déduit le docteur.
- « Oui. Heu… pour tout à l’heure... » Avoua Methos.
- « Oui je sais, vous êtes un alien. » Le docteur sûr de lui.
- « Simplement un immortel. » Rectifia Methos.
- « Jamais entendu parler. » Le docteur intrigué.
- « Vous ne pouvez pas tout savoir. » Methos.
- « Je suis un Seigneur du Temps. Par définition, je sais tout. » Se vanta le docteur.
- « Sauf pour les immortels. » Le nargua Methos.

Une alarme retentit à l‘intérieur et le Docteur se rua au poste de commande. Il fit le tour de sa console, levant quelques manettes, tournant quelques boutons, frappant à l’aide de marteau et après quelques secousses de l’engin, il se retourna vers son invité.

- « Un voyage dans le passé, peut-être ? » Le docteur.
- « Je connais déjà. » Methos sans vraiment comprendre son interlocuteur.
- « Dans le futur alors ? » Le docteur.
- « Je n’ai pas trop envie de connaître ce qui m’attend. » Methos.
- « Dans ce cas, une galaxie lointaine ? » Le docteur.
- « Tant que j’ai pas besoin de mon épée… » Plaisanta Methos.

FIN.
Revenir en haut Aller en bas
http://tessa1256.skyrock.com/
Atalante
garde rapprochée de Methos
garde rapprochée de Methos
avatar

Messages : 2761

MessageSujet: HL / Docteur Who   Sam 27 Fév - 14:30

L’ANGE GARDIEN
Par Atalante
Concours Methos-Legende. Septembre 2009

- Encore une minute, dit le Docteur à Rose.
- Et on attend quoi exactement ? demanda la jeune femme cachée derrière une poubelle avec le Docteur.
- Lui ! répondit le Seigneur du Temps.
Méthos déboucha en courant dans la ruelle et s’arrêta net en voyant la très british « POLICE BOX » plantée en plein cœur de Paris. Il lui fallut quelques secondes pour se rappeler où il l’avait déjà vu, quelques secondes de trop. Il sentit de nouveau la présence de son poursuivant, un immortel qui en voulait à sa tête. Méthos connaissait l’homme de réputation et n’était pas du tout certain de pouvoir le vaincre. La fuite lui avait semblée la meilleure solution. Mais là, il était acculé, l’objet bouchant la ruelle. En désespoir de cause, il ouvrit la porte et s’engouffra dans la cabine.
- A nous, dit le docteur en entraînant Rose à l’intérieur juste au moment où l’autre immortel déboulait dans la ruelle.
Méthos, encore abasourdi par ce qu’il voyait à l’intérieur de cette petite cabine, se fit bousculer par le couple. Il reconnut immédiatement l’homme lorsque celui-ci se précipita vers la console. Il voulut parler, mais il y eut une secousse brutale et il fut projeter contre la paroi. Méthos se redressa alors que l’endroit où il se trouvait semblait retrouver sa stabilité.
- Le Docteur ! s’exclama-t-il.
- Lui-même cher docteur, répondit l’interpellé.
- C’est un Seigneur du Temps aussi ? demanda Rose. Je croyais que vous étiez le seul ?
- Non, c’est un immortel et un médecin, enfin, il l’était il y a deux siècles.
- Qui êtes-vous et comment pouvez-vous être là ? dit Méthos cherchant à reprendre contenance devant ce qui semblait impossible.
- Tout dépend où est le « là » ! répondit le Docteur énigmatique et se précipitant pour ouvrir les portes du Tardis.
Le spectacle qui s’offrait aux deux humains était grandiose. Ils étaient tout simplement en train d’assister à la naissance du système solaire.
- Oups ! s’exclama le Docteur. J’ai pas vraiment eu le temps d’affiner la programmation. Faut dire que vous étiez un peu en retard. Il a bien failli vous avoir.
- Qui êtes-vous ? redemanda Méthos prenant le docteur par les épaules et en le faisant pivoter face à lui pour retenir son attention.
- Je suis un voyageur du temps qui vous a enlevé parce que le combat qui vous alliez mener allait être votre dernier, Méthos !
- Les voyages dans le temps n’existent pas ! asséna l’immortel un peu déstabilisé par le fait qu’il l’ai appelé « Méthos ». Ça n’a jamais été prouvé !
- Et l’immortalité ? Les humains l’ont-ils officiellement reconnue ? le contra le Docteur. Mais je m’attendais à un peu moins de scepticisme de la part du doyen de l’humanité.
- Admettons que j’accepte ce… cette énormité, qu’est-ce que je fais là ? demanda l’immortel.
- Je vous sauve la vie !
- Si vous aviez une idée de qui j’étais, vous ne l’auriez peut-être pas fait ! s’exclama l’ancien.
Le Docteur se précipita vers la console en criant un « Accrochez-vous » et fit à nouveau basculer le Tardis dans un couloir du temps. Lorsque l’engin se stabilisa, il alla ouvrir les portes et s’écarta pour laisser Méthos voir la scène.
- Je sais qui vous êtes, où qui vous avez été !
La cabine s’était matérialisée sur une colline et dans la vallée en contrebas ses trois occupants pouvaient voir un village de tentes en feu, des corps mutilés jonchant le sol et quatre cavaliers masqués achevant les blessés. Méthos recula de quelques pas sous le choc. Il reconnaissait parfaitement l’endroit, le peuple de Cassandra et la scène qu’il voyait avait réellement eut lieu. Le Docteur referma les portes et se tourna vers l’immortel.
- Alors pourquoi m’avoir sauvé ? demanda Méthos encore secoué.
- Parce qu’il ne doit en rester qu’un ! répondit le Docteur tout joyeux en se dirigeant à nouveau vers les commandes de son vaisseau.
- Pourquoi moi…, commença Méthos avant de se faire secouer par le déplacement du Tardis.
Et de nouveau l’engin retrouva sa stabilité. Le Docteur se précipita vers l’immortel, l’attrapa par un bras et le projeta presque hors de la cabine.
- Deux choses, votre adversaire est ambidextre, il change son épée de main en permanence et d’autre part, il cache un poignard dans sa manche droite !
Méthos vit les portes se refermer, la cabine se dématérialiser, juste avant de ressentir la présence d’un immortel, de son immortel. Il était revenu à son point de départ et le combat était maintenant inévitable.

♦️

- Je croyais qu’il ne fallait pas modifier le cours de l’histoire ? demanda Rose au Docteur.
- Sauf pour des petites choses, répliqua-t-il.
- S’il est si insignifiant, pourquoi vouloir à tout prix le sauver, lui ? insista la jeune femme.
- Oh ! Peut-être parce qu’il doit sauver l’humanité, répondit le Docteur presque distraitement.
- Je ne comprends pas !
- Chaque immortel depuis la nuit des temps cherche à être le dernier pour un prix dont aucun ne sait réellement ce qu’il est. Lui, il ne veut pas de ce prix, il veut juste vivre. Mais dans milles ans, il lui faudra sauver cette planète et pour ça, il devra avoir ce prix.
- Alors pourquoi ne pas l’emmener directement à ce moment-là ?
- Parce qu’entre temps il doit combattre et apprendre.
- Ça lui laisse le temps de se faire tuer plus d’une fois, lâcha Rose sceptique.
- C’est pour ça que je suis là ! C’est pour ça que je veille sur lui…

FIN

_______________________________________________________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: HL / Docteur Who   

Revenir en haut Aller en bas
 
HL / Docteur Who
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Murail, Marie-Aude] La fille du docteur Baudoin
» 11e docteur, oui, mais quel compagnon pour la nouvelle série?
» Allo ?.. Docteur Micro ?..
» "Hello tous le monde ! Bonjour docteur Nick ! "
» "Les 50 grammes de trop du docteur Weir"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Faux Rhum de Methos :: Il ne doit en rester qu'un :: Défi écriture :: Anciens textes de défis :: X-Over-
Sauter vers: